STATUES DE SAINT VINCENT PUYMAUFRAIS

Grotte de la Ricotière

  • La grotte de la Ricotière est une imitation de celle de Massabielle à Lourdes. Selon Alain Castaing dans son ouvrage :  « Grottes de Lourdes en Vendée », la Vendée possède quarante-six grottes de Lourdes.

    Les apparitions de Notre Dame se sont produites en 1858 sur le rocher de Massabielle à Lourdes. Les premiers pèlerins Vendéens  se sont rendus à Lourdes en septembre 1872. Les 1230 pèlerins étaient conduits par le vicaire général Mr Jeannet. Un mois plus tard, l’évêque de Luçon, Mgr Colet, accompagnait plusieurs centaines de diocésains au pèlerinage national. L’enthousiasme était si grand qu’il a fallu organiser trois pèlerinages l’année suivante.

    C’est au retour du 1er pèlerinage de 1872 qu’est née l’idée d’ériger en Vendée des grottes à l’image de la grotte de Massabielle. Une dizaine de grottes ont été construites entre 1872 et 1886, dix autres entre 1900 et 1940, 26 entre 1940 et 1989, dont trois en 1958. Pour fêter le centenaire des apparitions de Lourdes, Monseigneur Cazaux, évêque de Luçon inaugure une grotte aux Essarts en 1958. Les 46 grottes sont réparties sur 41 communes. Il y en a quatre aux Herbiers, deux à Chavagnes-en-Paillers et à Saint-Laurent-sur-Sèvre.

    La 1ère grotte de Lourdes fut installée en Vendée le 26 décembre 1872 à la Brelouze de St-Michel-le-Cloucq ;

    La 2ème a été établie à St-Aubin-les-Ormeaux en 1873 ;

    La 3ème à la Guyonnière (à Meslay) la même année ;

    Et la 4ème à la Ricotière de St-Vincent- Puymaufrais en 1874

    Cette grotte passe pour l’une des plus parfaites imitations de Lourdes. Elle a été créée par Philippe de Citoys et son épouse Elisabeth Gorin de Ponsay, propriétaires de la Ricotière.

    Impressionnés par les apparitions de Lourdes, après un pèlerinage à la grotte de Massabielle, ils s’étaient promis de créer une grotte à l’image de Lourdes.

     Ils choisirent alors une falaise bordant le Lay, connue sous le nom de la « Roche goutte » parce que des gouttes d’eau tombaient en permanence du rocher et alimentaient une cuvette naturelle.

  • Zone de Texte: Grotte de la Ricotière
  • Cette grotte passe pour être l’une des plus parfaites imitations de la grotte de Lourdes. Elle fut inaugurée par Monseigneur Colet évêque de Luçon. Selon Louis Dreillard (grand père d’Hubert Dreillard de la Réorthe), dans un texte intitulé « Souvenir de Notre Dame », l’inauguration de la grotte de le Ricotière a eu lieu le 30 avril 1874, devant plus de 1000 personnes.

    Un sentier en lacets a été créé pour permettre aux pèlerins de suivre un chemin de croix dans la falaise autour de la grotte ;

    On ne connaît pas la date de mise en place de la grille devant la grotte, mais elle a été remplacée en 2002 par Mr Brillaud, propriétaire actuel.

  • Grotte de la Roche Louherie

  • M. Castaing ne parle pas dans son ouvrage de l’autre grotte de Lourdes à St Vincent Puymaufrais. Elle se situe à la Roche-Louherie à quelques pas de la rivière, en face du village "Le Berg" de la Réorthe.

    Selon Michel de Béjarry, cette grotte daterait de 1872 : c’est peut-être alors la 1ère grotte de Lourdes de Vendée.

    Elle fut créée par Amédée de Béjarry, arrière grand père de Michel, né en 1808 et auteur du livre sur la révolution "Souvenirs Vendéens". Il avait fait le vœu qu’il ferait ériger une statue de la Vierge à l’image de la grotte de Lourdes, si son fils Amédée, le grand père de Michel, revenait vivant de la guerre de 1870. Il instaurerait aussi un pèlerinage le 8 décembre de chaque année, le jour de la fête de l’immaculée conception. Son vœu fut exaucé, puisque les pèlerinages ont commencé dès 1872. Ils ont duré sans interruption, même pendant les guerres, jusqu’en 1955.

    Selon l’abbé Teillet, dans son ouvrage de 1906 : "Le culte de la Sainte Vierge en Vendée", la grotte de la Roche-louherie aurait été inaugurée la même année que celle de la Ricotière, mais en nocturne. En effet, la soirée fut marquée par une splendide procession aux flambeaux, dans les lacets qui mènent à la grotte, où 500 lanternes disséminées dans les arbres éclairaient le parcours. La cérémonie était présidée par un père jésuite qui bénit la statue de Notre Dame.

  •  
  • L’ostensoir du château

    Les prières du pèlerinage commençaient au château et continuaient dans les lacets qui menaient à la grotte toute proche de la rivière. La remontée au château se faisait en priant ou en chantant par les mêmes lacets. La cérémonie se terminait à la chapelle par la bénédiction du Saint Sacrement. Ensuite, la soirée se terminait par une fête, un peu comme une kermesse. Il y avait des jeux : tir à la corde, palets, jeux de boules ferrées etc. Les enfants avaient droit au goûter : Ils appréciaient le mil et le riz au lait réalisé en très grande quantité. Il y avait aussi boisson à volonté pour tout le monde, et compte tenu de l’affluence, le niveau des barriques baissait rapidement.

    En effet ces pèlerinages rassemblaient beaucoup de monde. Aux archives du diocèse, on mentionne qu’en 1891 on comptait 1500 personnes et même jusqu’à 2000 en 1894. La forte participation à ce pèlerinage s’explique aussi par la mission paroissiale qui s’est tenue en novembre de la même année. Ce pèlerinage attirait beaucoup de paroissiens des environs, et St Vincent Puymaufrais comptait alors 1000 habitants.

    Statue Carrefour de Trizay

  • La bénédiction de cette statue 
    "Notre Dame du Sacré- Cœur" a été faite par l’Abbé Sorin curé de St-Vincent-Puymaufrais, le jour de Pâques en 1956.
  • trizay_1926.JPG  

  • La statue a été transportée sur une remorque tirée par un tracteur appartenant à la famille Chevallereau. Les paroissiens suivaient dans une procession qui partit de l’église vers Trizay ( 2 km). C’est Roger Orveau, sacristain, qui a eu l’idée d’ériger cette statue en ce lieu. Il avait une dévotion très marquée pour la Vierge et notamment pour Notre Dame du Sacré-Cœur d’Issoudun.

    Le terrain appartient à la famille Perreau de Launay du château de Bois-Sorin. L’entretien de la Statue et du terrain est assuré par les familles Charriau Maurice, Pascreau Didier et Pété Madeleine

    Statue Allée de la Roche Louherie

  •  
  • Cette statue « Du Sacré-Cœur » fut érigée en 1942, à l’entrée de l’allée principale du Château de la Roche Louherie.

    Elle fut installée suite à une promesse de Mme de Béjarry, (épouse d’Etienne décédé en 1935)après être sortie sans dommage d’un moment difficile de la guerre.

    La bénédiction a été faite en 1942 par l’Abbé Eugène Geffard, curé de Puymaufrais.

    N.B. :   Merci au témoignage de Michel de Béjarry , pour l’histoire de la grotte et de la statue du Sacré-Cœur de la Roche Louherie. Merci aussi à Marie Thérèse Pelletreau et Hubert Charrier pour la statue de Trizay.