Y-a-t-il un autre Bournezeau en France ?

Notre commune est aujourd’hui la seule en France à s’appeler Bournezeau, mais à 120 km de chez nous il y avait, autrefois, dans le département de la Vienne(86), une autre commune qui s’appelait Bournezeau.

  • L’autre Bournezeau et au fond sa vieille église

    Située à 22 km au Nord-ouest de Poitiers, sur la  N 143 puis sur la D 18, comme beaucoup d’autres, cette paroisse est devenue une commune à la Révolution en 1790. Ensuite, par une ordonnance du 25 février 1829, cette commune a fusionné avec celle d’Amberre située à 3 km. Les registres d’état civil ont été tenus à Bournezeau jusqu’en 1835.

    Depuis cette fusion, Bournezeau (86) n’est plus qu’un village qui fait partie de la commune d’Amberre. Celle-ci dispose de 11 conseillers municipaux. Elle fait partie de la communauté de communes de Mirebeau

    Ces deux petites communes réunies ont une superficie de 1563 ha. Elles totalisaient 424 habitants en 1999 et environ 500 en 2007, dont 160 habitants provenaient de Bournezeau.

     Selon la secrétaire de mairie d’Amberre, le village de Bournezeau est en pleine expansion depuis quelques années. En effet, depuis 4 ou 5 ans, une quinzaine de maisons s’y sont implantées, ce qui fait une augmentation d’environ 25% de la population.

    La vieille église, avec sa porte d’entrée classée, est toujours là. Mais personne ne peut y entrer pour raison de sécurité.

    La paroisse de Bournezeau (86) n’existe plus depuis très longtemps : elle a été rattachée à celle d’Amberre. Entre 1938 et 1949, le curé Moreau officiait encore de temps en temps dans
     la vieille église. Un calvaire fut inauguré à côté du cimetière lors de la dernière mission paroissiale en 1946. Depuis le départ du dernier curé, Chabauty, en 1967, la paroisse d’Amberre est rattachée à celle de Mirebeau.

    Le vieux cimetière est toujours en activité pour ceux qui ont des concessions à perpétuité. Mais la plupart des gens se font enterrer à Amberre.

    Nous avons lu dans l’ouvrage “Le Martyre de la Vendée” qu’à la Révolution Claude Ménard, curé réfractaire de la paroisse de Bournezeau, a été arrêté et condamné à mort au Pont de Cé en novembre 1793, comme “brigand de la Vendée”.

    Nous avons cru un moment que ce curé était de Bournezeau en Vendée, mais on ne le trouvait pas, au diocèse de Luçon, sur la liste des curés de notre paroisse. Puis, nous avons appris qu’il y avait peut-être un autre Bournezeau dans la Vienne. Pour nous en assurer, nous avons alors pris contact avec le Père Jacques Aucher archiviste du dioçèse de Poitiers qui nous a confirmé qu’il y avait bien eu un curé appelé Ménard  arrivé en 1789 à Bournezeau (86) et reparti en 1791, mais on ne sait pas où.

  •  Le cimetière de Bournezeau 86 jouxtant la vieille église

    Ses convictions l’ont-elles incité à venir côtoyer les Vendéens dans leur lutte contre la République? Plus tard en 1793, il fut arrêté et condamné à mort.

    Claude Ménard était donc curé de Bournezeau dans la Vienne. Ce fut d’ailleurs le dernier curé affecté exclusivement à cette paroisse.

    Henri Rousseau

     

    Sources  :
     - la  Mairie d’Amberre
    - Mme Jeanne  Girault Historienne locale d’Amberre
    - Le Père Jacques Aucher archiviste du diocèse de Poitiers et le Père Gourichon curé doyen de Mirebeau
    - Ouvrage “Le martyre de la Vendée” de Guillon - .
    - Site internet : herage : Les paroisses de la Vienne