LES POMPIERS DE BOURNEZEAU (1909 - 2009)

De tout temps se protéger des incendies était une préoccupation. Il faut attendre le XIXème siècle pour qu’un service d’incendie composé de militaires ou de civils s’organise progressivement. Dès 1813, la Roche-sur-Yon possédait le sien. Celui de Fontenay-le-Comte date de 1819. Ce sont les deux premiers corps créés en Vendée. Après 1871 les sapeurs-pompiers, reconnus d’utilité publique, deviennent tous civils, à l’exception de Paris et, bien plus tard, de Marseille. Le décret de 1875 est le premier texte législatif qui organise les compagnies de sapeurs-pompiers.

A- La naissance des sapeurs-pompiers de Bournezeau

Entre 1905 et 1909, plusieurs incendies éclatent dans des landes à Bournezeau, provoqués par le passage du train.

C’est dans ce contexte que la municipalité  décide le 30 mai 1909 de créer un corps des sapeurs-pompiers composé de 16 à 18 membres et chargé uniquement de combattre le feu, >« considérant qu’il est de toute utilité à Bournezeau ». Une commission d’organisation se met en place. Elle est composée de 2 Conseillers municipaux : Jules Mallar Emile Rouillon. Ce dernier, propriétaire à Bournezeau, sera incd etontestablement l’initiateur et le moteur de la création du corps.

Le 7 août 1909, 18 hommes font leur entrée officielle dans la compagnie des sapeurs-pompiers de Bournezeau avec à leur tête Emile Rouillon, nommé sous-lieutenant le 14 août.

Le centre de Bournezeau est le 41ème créé en Vendée. Existaient déjà autour de notre commune les centres de Sainte-Hermine, Chantonnay et la Chaize-le-Vicomte.

Il est préconisé que les sapeurs-pompiers aient des professions en lien avec le bâtiment, le bois, le cuir, le métal et le tissu pour les aider dans les interventions et l’entretien du matériel.

Liste des premiers pompiers de Bournezeau,
incorporés le 7 août 1909 :
1- ROUILLON Emile (propriétaire)
2- LOUINEAU Daniel (maçon)
3- DAVID Auguste (tisserand)
4- SAUSSEAU Sylvain (sellier)
5- NIORT Gabriel (Ferblantier)
6- BEAUFOUR Abel (Forgeron)
7- GODREAU Eugène (charpentier)
8- PIFFETEAU Eugène (cultivateur)
9-BLANCHARD Narcisse (charpentier)

10- PANNETIER Joseph (menuisier)
11- DAVID René (tailleur d’habit)
12- VIGNERON Pierre (tailleur de pierre)
13- GUILLÉ Louis (charron)
14- BLAIN Eugène (charpentier)
15- THOMELET Lucien (maçon)
16- RENAUD Aristide (charron)
17- JAUD Jules (peintre)
18- LOUINEAU Paul (maçon)

B- Les moyens d’alerte

Eugène Piffeteau est nommé "clairon" le 3 décembre 1909, c’est-à-dire qu’il a la charge, dès l’incendie repéré, de sonner l’alarme au clairon pour rassembler ses collègues. Le fait d’habiter et de travailler dans le bourg de Bournezeau apparaît donc comme une nécessité.

L’utilisation du clairon se poursuit jusqu’en 1959. A la date du 5 avril de cette même année, Alphonse Chateverre, Conseiller municipal et lieutenant des pompiers de Bournezeau, propose l’achat d’une sirène « dans le but de favoriser le rassemblement rapide des pompiers en cas de sinistre ». Le maire est alors chargé de demander des devis et des subventions au département.

  • Les pompiers autour de Mr Joguet Maire devant l’église

    La première sirène est placée sur le toit de la salle des halles vers 1960. Une seconde sirène est fixée sur la caserne située place des Papillons dans les années 70. Dès lors elles fonctionnent simultanément. En cas de sinistre, un bouton placé sur la façade de la caserne donnant du côté de l’avenue du Moulin, permet aux victimes ou aux témoins d’un sinistre de sonner la sirène et ainsi alerter les pompiers. Selon le nombre de sonneries, le pompier sait le genre d’intervention qu’il a à effectuer : 2 coups pour un accident ; 3 coups pour un incendie. Cela a longtemps été le moyen d’alerter les pompiers d’un sinistre, en plus du numéro « 18 ». C’était la règle dans tous les centres de secours.

    Ce système a fonctionné jusqu’à la fin des années 90. Cependant les sirènes ont continué à être utilisées jusqu’en mars 2005 pour les essais de sirène une fois par mois le vendredi midi et en cas de renfort.De nos jours, les pompiers sont avertis individuellement par des bips.

    C- Les différents locaux

    Le Conseil municipal approuve le 29 août 1909 un devis de 200 francs présenté par Auguste Rouillon, charpentier, pour la construction d’un local à l’intérieur de la salle des halles. La pompe à bras récemment acquise y est placée.

    En 1936, la commune de Bournezeau fait l’acquisition de la propriété de Madame de La Brouste pour y délocaliser la mairie. Elle s’y trouve toujours aujourd’hui... Il est précisé dans la délibération du 16 août 1936 « qu’il sera possible de loger le matériel d’incendie dans une dépendance de la nouvelle mairie ». Le local situé dans la salle des halles est donc probablement abandonné à cette époque. Plusieurs témoignages confirment l’utilisation par les pompiers d’un local derrière la mairie pendant un temps qu’on ne peut déterminer.

  • Un autre bâtiment de 16 m² est utilisé pour le matériel à incendie. Il se situe dans la rue de l’ancienne mairie.
  • Nous ignorons précisément à partir de quand il a été utilisé. Nous savons, en revanche, qu’il sera utilisé jusqu’à la construction de la

    véritable caserne en 1970.

    Le projet initial de cette nouvelle construction remonte à février 1968. La commune envisage d’aménager un nouveau local dans l’ancienne propriété de Monsieur Gennet, située sur l’actuelle place des Papillons, et de vendre celui situé rue de l’ancienne mairie. Il ne sera finalement vendu qu’en avril 1971 à un particulier, pour la somme de 2 000 francs.

    Le 17 août 1969, le maire relance le projet, « considérant qu’il répond à un besoin réel et urgent, que la commune possède un bâtiment en état de ruines au lieu-dit "Parc du Docteur Gennet" dont l’emplacement est très convenable pour la construction du local ». Le coût est estimé à 34 149 francs. L’architecte choisi est Singher de la Roche-sur-Yon. Le nom des entrepreneurs et le montant des devis sont établis : Remaud pour la maçonnerie (15 218 francs) ; Pillaud pour la charpente (9 779 francs) ; Bretaud pour la plomberie-zinguerie ((1 707 francs) ; Texier pour l’électricité (1 279 francs) ; Godet pour la menuiserie (4 800 francs) et Delavaud pour la serrurerie. Tous ces artisans sont domiciliés à Bournezeau.

  • La caserne des pompiers de 1970 à fin 2007

    En avril 1970, les travaux sont achevés mais le dallage du garage de la moto-pompe et du camion est défectueux, d’où des frais supplémentaires. L’électricité ne semble pas entièrement installée puisque le Conseil municipal constate le 24 avril 1970, la nécessité d’installer un compteur électrique avec un branchement dans le local abritant le matériel d’incendie.

    En 1988, la caserne a été agrandie en direction de la salle Pax avec la construction d’un garage pour 2 véhicules d’intervention.

    L’ensemble des bâtiments a été abandonné en août 2007. Le nouveau centre, rue Sainte-Barbe, construit par le Syndicat Départemental d’Incendie et de Secours a été inauguré le 4 décembre 2007. La commune a donné le terrain de 3 127 m2 évalué à 31 270 €.

    D- Le matériel

    Le 30 mai 1909, le Conseil municipal, en plus de la création du corps des sapeurs-pompiers de Bournezeau, décide de débourser la somme de 1800 francs pour l’achat d’une pompe à incendie munie de ses accessoires. L’année précédente, une souscription avait été lancée pour un tel achat mais, à priori, les fonds récoltés n’avaient pas suffi.

    Malgré ses 100 ans, elle est toujours en bon état de fonctionnement et se trouve exposée au centre de secours de Bournezeau.

    Le 5 juin 1910, la somme de 90 francs est allouée par le préfet aux pompiers de Bournezeau. Elle est utilisée pour l’achat et l’entretien du matériel d’incendie et surtout pour leur permettre de contracter une assurance et un livret sur le fonctionnement de la Société de Secours Mutuel. Le premier président de cette société sera d’ailleurs Emile Rouillon.

    En 1913, des dépenses sont réalisées pour la construction d’un avant-train qui doit être fixé à la pompe à incendie. Le coût des ces travaux, réalisés par Aristide Renaud, s’élèvent à 340 francs.

  • Photo Seguin

    La moto-pompe de 1947 et la pompe à bras de 1909

    Trois artisans ont participé au montage de l’avant-train : Chevalier, bourrelier de profession, Bénéteau et Renaud, charrons. Pour ce travail, la commune a déboursé un total de 369 francs en février 1915. Elle continuera à verser régulièrement aux pompiers des subventions aussi bien pour l’entretien que pour l’achat de matériel ou d’équipements. En août 1936, par exemple, le lieutenant des pompiers de Bournezeau signale la nécessité de changer 20 mètres de tuyau hors d’usage : 250 francs sont accordés. On peut encore citer l’achat d’un projecteur portatif en janvier 1955.

    Le projet de l’acquisition d’une motopompe remonte au lendemain de la défaite de 1940. Du matériel contre l’incendie provenant de l’ancien ministère de l’armement est disponible. En janvier 1941, le maire expose que « le matériel actuellement en service étant d’un modèle très ancien, l’acquisition d’une motopompe présenterait un grand intérêt »>. Le Conseil, à l’unanimité, autorise le maire à engager des pourparlers.

    Il semble qu’ils n’aboutissent pas puisqu’il faut attendre le 21 septembre 1947 pour que le Conseil municipal relance le projet, « considérant que le matériel contre l’incendie est très ancien et ne permettrait pas de lutter efficacement contre les sinistres graves ». A l’unanimité, il décide de le changer pour une motopompe remorquable avec ses accessoires. Le coût s’élève à 448 734 francs. Elle est tractée par les véhicules de particuliers. Deux ans plus tard, un nouveau crédit est voté pour l’achat de 2 pompes. Pour une intervention plus efficace le matériel évolue. Ainsi, le 13 août 1961, l’achat de 20 mètres de tuyau à paroi lisse est décidé pour un montant de 300 nouveaux francs. A la fin de l’année 1966, « dans le but de sécurité publique, le Conseil décide de faire établir une arrivée d’eau pour première urgence incendie à la nouvelle salle (de cinéma), sise place du champ de foire aux cochons (salle Pax actuelle) ».

    Le 15 octobre 1967, le Conseil décide l’achat, envisagé 1 mois plutôt, d’un véhicule tout-terrain de marque Dodge provenant des surplus américains de la Seconde Guerre.

    La dépense doit être assurée par un don de 1000 francs et la vente du garage de la moto-pompe, situé rue de l’ancienne mairie. Ce dernier, nous l’avons dit, ne sera vendu qu’en avril 1971.

    Le 25 février 1968, lors d’un nouveau conseil municipal, le projet d’achat du véhicule est relancé. Le maire insiste sur la nécessité de cet investissement car « depuis de nombreuses années les véhicules utilisés lors des incendies ne sont pas équipés pour cet usage, puisqu’ils appartiennent à des particuliers qui les prêtent bénévolement ». L’utilisation de véhicules privés perdure jusqu’en 1975 environ. Le véhicule de marque Dodge est équipé, peint et garanti un an. Le coût s’élève à 3 800 francs.

    En février 1973, le Conseil décide l’achat de tuyaux et de raccords d’incendie que possédait le corps d’intervention des Pineaux-Saint-Ouen, récemment dissous.

    Vers 1975, le centre de secours de Bournezeau acquiert une estafette équipée en ambulance pour le secours à personnes et un fourgon Citroën équipé pour l’incendie et tractant la motopompe.

    Aujourd’hui les véhicules peuvent transporter plus d’hommes et contenir une plus grande capacité d’eau. En outre, nos sapeurs-pompiers possèdent des tronçonneuses, un groupe électrogène avec éclairage, une pompe d’épuisement (pour vider les caves), un aspirateur à eau, un VLOD (véhicule léger d’opération diverses, c’est-à-dire un utilitaire).

    L’ensemble de ces véhicules et du matériel a été acquis par le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) à partir de 1974. Nous y reviendrons lorsque nous évoquerons la départementalisation du service incendie de la Vendée.

    E- L’habillement

    Des fonds sont régulièrement débloqués pour l’habillement des sapeurs-pompiers. En février 1911, la commune reçoit 150 francs pour l’achat de casques. Plusieurs modèles vont se succéder. Ils possèdent aujourd’hui un casque modèle F1 qui permet une meilleure protection du visage.

    Le 4 février 1912, la commune souhaite utiliser 200 francs accordés par le ministère de l’intérieur dans l’achat de l’habillement des sapeurs- pompiers.

  • L’ancienne tenue des pompiers

    (coll.guérin)

    Le 8 février 1914, la somme de 140 francs est dépensée dans l’acquisition de pantalons. Quatre mois plus tard, des vestes de treillis pour la tenue de feu sont achetées.

    Au lendemain de la guerre, le maire de Bournezeau reçoit une lettre du préfet datée du 13 février 1919, « relative à la cession aux communes, à titre remboursable, d’uniformes militaires rendus disponibles par suite de la démobilisation ». Le Conseil municipal « accepte l’offre du Département de la Guerre et demande 17 uniformes, d’artillerie si possible, pantalons et vestons pour remplacer les vêtements réquisitionnés ». Ce dernier point laisse à penser que les tenues des pompiers de Bournezeau ont été réquisitionnées pour l’effort de guerre. En effet, dès novembre 1914, les maires de Vendée avaient reçu l’ordre « de faire requérir immédiatement les effets de drap de grande et petite tenue des compagnies de sapeurs-pompiers (…) susceptibles d’être utilisés pour les besoins de l’armée. »

    En 1922, la Maison Girault, couturier de Paris, offre de fournir à la commune de Bournezeau 16 uniformes complets de sapeurs-pompiers pour un prix de 1558,25 francs. Le Conseil accepte sous réserve de l’accord du préfet.

    Il faut attendre 1942 pour retrouver un crédit de 850 francs affecté à l’équipement des pompiers. Le 29 octobre 1950 un constant s’impose : les vêtements des pompiers de Bournezeau sont en mauvais état et « il y aurait lieu de faire un effort pour les habiller convenablement ». La maison Rolland, couturier à Paris, propose pour la somme de 185 033 francs de fournir de nouvelles tenues complètes. Le Conseil municipal accepte l’offre.

  •  
  • Les pompiers et Mr Joguet Maire
     dans les années 1950

    En octobre 1966, il décide d’ajouter un crédit supplémentaire de 1500 francs pour permettre l’achat de vestes semi-cuir servant de protection aux sapeurs-pompiers lors des incendies. Le coût est de 90 francs pièce.

    Quatre ans plus tard, le 20 juin 1970, le Conseil municipal constate un très mauvais état de l’ensemble de l’habillement : « Les tenues sont vieilles et usées. De plus elles ont servi à plusieurs titulaires chacune après ajustage, ce qui n’a pas toujours donné de très bons résultats ». Aussi le Conseil décide la confection de 6 tenues et l’achat de 50 mètres de tissu qui servira pour tous les vêtements. Le coût total s’élève à 3660 francs. Il s’agit sans doute de la confection des bleus de travail. Le képi est utilisé pour le secours aux victimes.

    Depuis les années 90 jusqu’à aujourd’hui, les sapeurs-pompiers de Bournezeau  sont équipés de la tenue Kermel, c’est-à-dire ignifugée, complétée par le casque F1.

  • Les pompiers et leurs épouses en vacances vers 1950

    F- Le champ d’action des sapeurs-pompiers de Bournezeau

    Le travail des sapeurs-pompiers évolue. Dans un premier temps, de 1909 à 1960 environ, leur seule priorité est d’éteindre les incendies. La commune se charge de la sécurité publique. Ainsi, en janvier 1926, le maire souscrit un abonnement de 10 ans pour l’acquisition de 4 extincteurs qui seront placés à la gendarmerie.

    « le Conseil considérant qu’en cas d’accident sur la voie publique ou de transport de malades, la commune ne dispose d’aucun matériel adapté à cet usage, décide à l’unanimité d’acquérir 2 brancards et vote un crédit de 10 000 francs. » Ils sont placés également dans la gendarmerie. Comme les véhicules de secours aux blessés (les ambulances) n’existent pas encore, des particuliers prêtent leur véhicule.

    Cette nouvelle mission de secours aux victimes va incomber aux sapeurs-pompiers dans les années 60 avec le développement de la circulation routière et donc des accidents.

    Dans les années 70, leur formation s’accroît pour répondre aux exigences de leurs nouvelles missions. Des manœuvres sont  organisées pour les entraîner et tester le matériel. Elles existaient probablement dès la création du corps des pompiers en 1909.

    G- La départementalisation

    La départementalisation du service incendie s’est faite en Vendée à partir de 1973. La municipalité avait donné un avis favorable à cette modification de statut en avril 1974. Un an plus tard, elle renouvelle son avis favorable mais refuse le rattachement du corps de première intervention au secteur de Sainte-Hermine. Son souhait est de rester lié au centre de secours de Chantonnay.

  • Caserne des pompiers inaugurée en décembre 2007

    La départementalisation se traduit par un transfert de la gestion des pompiers des communes au SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours situé aux Oudairies à la Roche-sur-Yon).

    H- Les sapeurs-pompiers de Bournezeau en 2009

    Christophe Biteau est chef de centre à Bournezeau. Laissons-lui la parole :

    « Le chef de centre organise les gardes par équipe de bip pour monter des astreintes tous les jours de 19 h 00 à 7 h 00, les samedis, dimanches et jours fériés pendant 24 h. La semaine, dans la journée, les bips sonnent en appel général de 7 h 00 à 19 h 00 pour tous les sapeurs-pompiers de Bournezeau. L’entretien et le nettoyage des locaux et des véhicules sont effectués par tous les sapeurs-pompiers à chaque fin de garde hebdomadaire. Les tenues sont également nettoyées par eux. Tous les premiers dimanches du mois, une manœuvre obligatoire est organisée dans le cadre de la formation continue. La formation est très prenante mais importante dans le métier de sapeur-pompier. Des remises à niveau sont organisées régulièrement, ainsi que des formations de promotions de grades (pour devenir sous-officier, par exemple) afin de prendre des responsabilités dans les centres. Depuis le mois d’octobre 2007, le nouveau centre de secours permet de travailler dans des conditions optimales.

    Nous sommes actuellement 22 sapeurs-pompiers : 20 hommes et 2 femmes, pour une moyenne d’âge de 34 ans.

    Une carrière de sapeur-pompier peut commencer à l’âge de 16 ans (14 ans pour les jeunes sapeurs-pompiers ou JSP) et doit durer au minimum 20 ans pour  pouvoir bénéficier des droits à la retraite attribués par le SDIS.

    Que se passe-t-il quand un individu appelle les pompiers ?

    Le Centre de Traitement des Alertes (CTA) est situé aux Oudairies à la Roche-sur-Yon. Ainsi, dès qu’une personne compose le 18 ou le 112, l’appel est saisi par les opérateurs du CTA qui le transmettent vers le centre de secours concerné par un réseau d’alerte informatique. L’alerte est alors renvoyée sur le bip que possède chaque sapeur-pompier. Dès l’appel reçu, les sapeurs-pompiers se rendent à la caserne où ils se signalent informatiquement. Ils s’habillent en tenue de feu ou pour le secours à personne, montent dans les véhicules d’intervention et se rendent sur les lieux. Ce temps peut paraître très long pour les blessés ou les personnes qui donnent l’alerte mais il est nécessaire pour le bon fonctionnement de l’opération. »

    Rappelons la magnifique devise des sapeurs-pompiers bénévoles : « Courage et Dévouement ». Nous pourrions en rajouter un troisième : abnégation.

    Vincent Pérocheau


  • Sources
    - Délibérations du Conseil municipal de Bournezeau (1900 - 1980).
    - Registre de matricules (liste des pompiers de Bournezeau).
    - Témoignages des anciens et actuels sapeurs-pompiers de Bournezeau.
    - Témoignage et éclairage de Christophe Biteau.
    - Travail effectué par Mlle Amélie Martin du Conseil Général de la Vendée et spécialiste des sapeurs-pompiers du département. Son aide a été précieuse. Qu’elle en soit remerciée.