Statues de Bournezeau

Statue de la Vierge au Presbytère de Bournezeau

Cette statue a été installée dans le parc du presbytère vers 1965 par le curé Joseph Besson. On ne connaît pas les raisons de son implantation.

En 1998, la statue a été changée de place, lors de la restauration du mur d’enceinte du parc. Ce transfert a été réalisé par Emile Piveteau employé communal

  • Parc du presbytère

    2 - Statue du Sacré-cœur route de la gare

  • Inauguration de la statue en 1956
    8, rue de la gare

    Cette statue du Sacré-cœur a été installée sur un terrain appartenant à Mlle Terrien. Elle est l’œuvre d’un jeune artiste de Ste Hermine, Mr Yvon Guiet.

    La bénédiction de cette statue s’est faite à la clôture de la dernière mission paroissiale de Bournezeau, à Noël 1956 .

    On ne connaît pas les motivations de l’érection de cette statue dans ce lieu, mais c’est probablement à la demande de la paroisse que Mlle Terrien a accepté de recevoir, sur son terrain, cette statue nécessaire pour la clôture de la mission de 1956. Les frais de cette statue se sont élevés à 160.000 Francs, ils ont été couverts par la générosité des paroissiens.

    L’entretien de cette statue est assuré, par Mr. et Mme Derainne, propriétaires actuels depuis 2005. Les anciens propriétaires Mr. et Mme Bossard ont également assuré l’entretien pendant de longues années.

    Aujourd’hui, (près du camping)
  • 3- Statue de la Vierge dans le parc du château du Pavillon

    Cette statue daterait de 1867, année de construction du château par la famille Tiller.

    La propriété du Pavillon appartient aujourd’hui à Madame David. (le Dr Pierre David étant décédé en août 2005).

    On ne sait rien sur les raisons de l’élévation de cette statue.

  • 4- Statue de la Croisée de la Boule - Petite Grotte

    (Dans le jardin d’Odette Cornu)

    Une statue de la vierge, logée dans une petite grotte, est située dans le fond du jardin d’Odette Cornu.

    Selon l’inscription sur la grotte, cette dernière daterait du 1er mai 1922.

    D’après Chantal et Odette Cornu, c’est Rose Pubert, née Fèvre, en 1848, qui serait à l’origine de cette petite grotte. C’était une femme très pieuse. Elle est décédée le 26 février 1938 à la Fouquetterie de Puymaufrais.

    Avant la guerre 39/45, le curé Pavageau (1933-1946) venait avec les fidèles prier la Vierge au mois de mai.

    La Statue de la Vierge a été changée ; à l’origine la statue était plus grande. Sur le fronton il est écrit « Je vous salue Marie ».

  • A la Croisée de la  Boule

    5 - Statue du château du Chêne-Bertin

    Mme de Montillet, propriétaire du château du Chêne-Bertin, avait fait le vœu qu’elle ferait ériger une statue en l’honneur de la Vierge si ses enfants revenaient vivants de la guerre 39-45. Elle voulait aussi remercier que Bournezeau se soit sorti de la guerre sans dommages.

  • Les allemands quittèrent Bournezeau le 24 août 1944, libérant du même coup le château du Chêne-Bertin qu’ils occupaient. Aussitôt leur départ, dans les premiers jours de septembre 1944, la statue de la Vierge “Notre Dame du Sacré-cœur” fut installée dans le fond du parc du château.

    Un pèlerinage fut alors instauré. Le 1er eu lieu, le 8 septembre 1944. Puis, à partir de 1946, les pèlerinages se firent le 15 août. Ils ont pris fin en 1965.

    L’entretien de cette statue est assuré par Monsieur Chadeau, propriétaire actuel.

    6- Statue «Notre Dame du Sacré-Cœur»

    44, avenue du Moulin, Ancienne maison du Docteur Cruau

    Cette statue a été installée lors de la mission de 1946 le dimanche 22 décembre.

    Elle a été offerte par Mme Minière née Forgerit propriétaire du lieu, en remerciement du fait que Bournezeau avait été épargné par les allemands.

    A l’origine, la statue était très proche de la route ; elle était même en partie posée sur le trottoir. Monsieur Clerteau, maire, demanda alors son déplacement. La statue fut donc réinstallée hors de l’espace public, vers 1961, à huit ou neuf mètres de la route.

  • Inauguration de la statue en 1946

    7- Statue du Moulin “Notre Dame de Bon Secours”

    (avenue du Moulin, 70 mètres avant le moulin, à gauche en direction de la Roche s/ Yon )

  • ;
  • Un accident a eu lieu à l’endroit de cette statue. En effet une femme de 55 ans, Marie Sallé, s’est fait écraser par une voiture à cheval. Elle est décédée le 23 juillet 1866. C’était une sœur des propriétaires du Moulin. Celui-ci appartenait alors aux époux Sallé Hippolyte et Nivault Stéphanie.

    Cette famille chrétienne a voulu marquer ce lieu en élevant une statue de la Vierge “Notre Dame de Bon Secours.”

    Lucienne Gauducheau propriétaire du Moulin, était l’arrière petite fille des époux Salé Nivault. Elle est décédée en 2003 à l’âge de 92 ans. 

    Depuis la création du lotissement "Le clos du Moulin", la statue n’est plus sur la propriété du moulin, mais sur le terrain de la commune qui en assure l’entretien.

    Sur la statue,  il a été peint :NOTRE DAME DE  BONNE ROUTE

    Mais la pierre est gravée : NOTRE DAME DE BON SECOURS.

    N.B : Ces informations ont été obtenues aux archives paroissiales et communales et grâce aux témoignages de : Anne Marie Lorieu, Chantal et Odette Cornu, Joël et Patrick Avril, Marie Chauvet, Elise Esgonnière et Dyonise Brochard.

    Autres statues disparues

    Une autre petite statue de la Vierge était posée sur le bord de la route de Bournezeau à Chantonnay, à droite, entre la Brunière et le pont de l’Angle. Personne à ce jour ne connaît les raisons de son implantation à cet endroit. C’était peut-être à la suite d'un accident ? Cette statue a disparu  depuis plusieurs décennies, peut-être lors de la taille mécanique des haies.

    Une statue de la Vierge était également implantée dans un jardin, à gauche du petit passage piéton appelé “cheminet” qui part de la place des papillons vers l’impasse Goëtz.

    Pour l’instant, on ne sait rien sur les motivations de l’installation de cette statue. Elle a été enlevée depuis plusieurs décennies. En 1922, une jeune femme aurait accouché seule dans l’enclos de cette statue. Voulait-elle se cacher ? Ou peut-être recherchait-elle la protection de la Vierge ?

    D’autres statues étaient autrefois posées, ici ou là dans les jardins, pour des raisons diverses, Les personnes concernées avaient sûrement une grande dévotion à la Vierge.

    Henri Rousseau