Le logis de la Girardière

      Situé à l’écart des principaux axes de communication de la commune, le logis de la Girardière ne se laisse pas découvrir si facilement. On ne peut guère l’apercevoir de la petite route qui dessert les villages de Venochon et de la Perrochère. Le logis et le parc n’apparaissent qu’après avoir suivi une allée d’arbres sur près de 200 mètres. Depuis quand existe-t-il un logis en ce lieu ? Quelle est son histoire et celle de ses différents propriétaires ?

     Les origines du logis de la Girardière

   Les traces de la construction originelle d’un logis sur la terre ou fief de la Girardière se perdent dans les profondeurs de l’histoire.
   En revanche, nous savons que le seigneur de la Girardière, dans les années 1360, se nommait Guillaume d’Appelvoisin. Nous ne savons pas si un logis avait été construit dès cette époque.
   Vers 1450, Heliette d’Appelvoisin, dame de la Girardière, épousa Pierre de Maligne. Leurs héritiers vendirent la terre de la Girardière, vers 1520, à Jacques Pyniot et son épouse Catherine Boscher. Dès lors, elle resta la possession de cette famille pendant plus de 300 ans !

 Blason de la famille Appelvoisin Blason de la famille Pyniot


     Les Pyniot de la Girardière

   Le premier Pyniot connu s’appelait Pierre. Il était le père de Jacques Pyniot. Cette famille était de petite noblesse bas-poitevine puisqu’elle avait le titre d’écuyer, titre de noblesse le moins important. Ce Pierre Pyniot était sieur (ou seigneur) de la Chapelle-Pyniot à la Roche-sur-Yon. Il était archer dans la garnison de Tiffauges à la fin du XVème siècle.

 Généalogie des Pyniot de la Girardière

Jacques PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse vers 1520 Catherine BOSCHER

Jacques PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse vers 1550 Marguerite HERBERT, dame de Puychenin

Louis PYNIOT, seigneur de la Girardière et de Puychenin
épouse ?

Etienne PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse en 1617 Renée GUILLEMIN

Pierre PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse en 1647 Françoise MAUCLERC
>
Etienne PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse en 1672 Marie GOURDEAU

Henry Philémon PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse en 1699 à Bournezeau Julie Henriette GOURDEAU

Etienne Henry PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse en 1739 à St-Hilaire-le-V. Marie Modeste de VASSAULT

Abraham Isaac Léon PYNIOT, seigneur de la Girardière
épouse en 1765 aux Herbiers Marie Anne GUYARD

Marie Marguerite Sophie PYNIOT
épouse en 1792 à Ste-Gemme-la-P. MATHIEU BOUSSEAU
Mariage civil à Bournezeau en 1813

     Une famille protestante

   Probablement dans la 2ème moitié du 16ème siècle, les Pyniot se convertirent au Protestantisme comme de nombreuses familles nobles de la région.
   Ainsi, Moïse Pyniot, frère de Etienne Pyniot (époux de Renée Guillemin), fut l’un des plus vaillants chefs de bande protestants du Bas-Poitou durant les guerres de religion.
   La révocation de l’Edit de Nantes imposée par Louis XIV en 1685, obligea l’ensemble des Protestants à faire un choix délicat : abjurer sous la contrainte, refuser la conversion malgré les risques ou s’exiler.
   Un des petits-fils d’Etienne Pyniot, Louis Pyniot, seigneur de la Largère, fut mis en prison pendant plusieurs années à la fin du XVIIème siècle, parce qu’il était « l’un des gentilhommes du Bas-Poitou qui donnaient les plus grandes preuves d’attachement à leur foi. ».
   La branche de la Girardière était également protestante. Contrairement à son cousin germain Louis, Etienne Pyniot, chevalier-seigneur de la Girardière et époux de Marie Gourdeau, abjura sa religion le 2 décembre 1685 dans l’église de Bournezeau, en présence du Comte de Montfort capitaine de dragons. Or les dragonnades étaient les persécutions dirigées contre les protestants. Ceux-ci étaient pillés et maltraités par les soldats du roi jusqu'à ce qu'ils abjurent. Nous pouvons donc raisonnablement penser qu’Etienne fut forcé d’abjurer. Sa servante, Anne Blanchard, abjura le 31 décembre 1685 à Saint-Vincent-Fort-du-Lay, et sa femme le 16 janvier 1686 au logis de la Girardière.
Acte d’abjuration de Marie Gourdeau, épouse Pyniot
(registre paroissial de Bournezeau, année 1686)

Le logis de la Girardière
aux 17ème et 18ème siècles

   Selon Maurice Bedon, dans son Histoire du canton de Chantonnay, Pierre Pyniot et son épouse Françoise Mauclerc auraient remplacé l’habitation primitive pour une nouvelle gentilhommière au milieu du 17ème siècle.
   Leur fils, Etienne Pyniot, décéda le 19 février 1696 à Augé (79). Les 28 et 29 mai 1696, sa femme, Marie Gourdeau, entreprit alors l’inventaire des biens de son mari avec l’aide du notaire de Bournezeau, Jean Loyau. Nous avons ainsi une description du logis de la Girardière : au 1er étage 1 chambre qui donnait sur le salon ; au-dessus du salon, 1 petite chambre appelée “Estié” ou “Egnent” ; 4 autres chambres à l’étage et 1 grenier ; en-dessous du grenier un office qui donnait dans la cuisine, puis dans la buanderie ; un cellier et une boulangerie ; 1 basse-cour ; 1 grange avec 2 grands bœufs roux, 1 taureau de 2 à 3 ans de poil châtain et 1 autre taureau de 1 à 2 ans, 1 vache de poil rouge avec son veau et 1 petite chèvre de 2 à 3 ans ; 1 écurie avec 1 jument de poil roux.


Le logis de la Girardière sur le cadatsre de 1825. Il avait sans doute peu changé depuis le 18ème siècle :
A : Partie réservée à l’usage agricole.
B : Logis du seigneur de la Girardière.

   Le 17 avril 1696, Henry Philémon Pyniot, fils d’Etienne et de Marie Gourdeau, afferma son logis à Gilles Fradet, sieur de la Guechie. Ce dernier  prit « possession de la maison de la Girardière » le 21 juillet suivant. Un nouvel état des lieux était alors fait par le notaire Loyau :
« Premièrement nous sommes entrés dans la cour dudit logis et considéré le portail qui est à l’entrée auquel il ne manque aucune chose sinon un loquet et de là avons visité la principale porte et entrée dudit logis laquelle est assez bonne (…) et sommes entrés dans la 1ère chambre qui sert de salon (…) »


Le logis de la Girardière aujourd’hui. Il s’agit de la Partie B du plan de 1825 (logis du seigneur) :
à droite, le logis ;
au fond, l’aile du 17ème siècle. Au 1er plan  devait se trouver une autre aile qui a disparu.

   Dès le 1er juillet 1696, Fradet avait lui-même affermé à des métayers de Bournezeau la métairie de la Porte du Logis de la Girardière. C’est l’unique fois qu’apparaît ce nom de métairie dans les archives. Il s’agit probablement de la partie nord du logis, à usage agricole et qui aurait servi de logement aux métayers (partie A sur le plan page 9).

Aile ou dépendance du 17ème siècle, côté sud, avec un porche central voûté, de nombreuses petites ouvertures romanes et une fenêtre à meneau, le tout en granit.

   Ces documents nous apprennent donc que les Pyniot ne vivaient pas toujours à la Girardière : Etienne décéda à Augé, son petit-fils Etienne-Henry à Saint-Hilaire-le-Vouhis en 1753 et son arrière-petit-fils, Abraham-Issac aux Herbiers en 1779. Maurice Bedon ajoute : « Le logis de la Girardière cessa d’être occupé pendant cette 2ème moitié du 18ème siècle. En effet, les registres paroissiaux de Bournezeau ne portent plus mention d’événements familiaux concernant les Pyniot à partir de 1769. »

   Cependant, les Pyniot conservèrent leurs droits et leurs obligations féodaux sur leur terre de la Girardière vis-à-vis du seigneur de Bournezeau, la famille de Creil. Nous le savons grâce à l’aveu rendu au duc de la Trémouille par la duchesse de Beauvillier, fille du marquis de Creil-Bournezeau, le 13 juillet 1763 (voir l’article sur Le vieux château de Bournezeau, Au fil du temps n° 13) :

« Le seigneur Pyniot de la Girardière, sur ses fiefs et domaines dudit lieu de la Girardière, nous doit 48 boisseaux d’avoine (…) Item, est notre homme de foi, par hommage lige et à devoir de rachat, le cas advenant, et outre à 3 sols 4 deniers de service annuel, Abraham-Isaac Pyniot, chevalier, seigneur de la Girardière, pour raison de sa maison noble et fief de la Girardière (…) Item, est encore notre homme de foi, par hommage lige et à devoir de rachat, le cas advenant, ledit Seigneur Pyniot de la Girardière, pour raison de son fief de la Tendronnière avec ses appartenances et dépendances. »

   L’aveu indique qu’il possédait également des domaines au village de Villeneuve pour lequel il devait, avec d’autres propriétaires, 45 boisseaux d’avoine et au village de la Barre-Mulot pour lequel il devait, toujours avec d’autres propriétaires, 53 boisseaux d’avoine. Il faut ajouter la métairie de Venochon comme l’atteste un acte notarié de 1698.


Aile ou dépendance du 17ème siècle, côté nord (Partie A du plan de 1825 : usage agricole).
La métairie de la Porte du Logis de la Girardière se situait peut-être ici.
La photo a été prise au niveau du bâtiment en prolongement du logis, aujourd’hui disparu. Quelques traces de destruction de murs existent encore.

   Dans les années 1790, la Giradière est habitée par Jacques Teillet. Lors du baptême de son fils à Bournezeau en 1790, il est qualifié de « capitaine des grenadiers de la milice nationale ». Occupait-il le logis en tant que fermier des Pyniot ? Nous l’ignorons mais c’est probable. Les Pyniot devaient vivre à cette époque aux Herbiers.


Plan cadastral du logis de la Girardière aujourd’hui.
En comparant avec la cadastre de 1825, nous voyons les ajouts du 19ème et/ou 20ème siècles (AJ sur le plan)  et les disparitions de bâtiments.

   Etait-il Républicain ou bien insurgé vendéen lors de la guerre de Vendée ? Jacques Bardé, prisonnier vendéen originaire de Saint-Vincent-Fort-du-Lay, déclara le 24 mai 1793 lors de son interrogatoire :

« Interrogé pourquoi il aurait jeté son fusil à l’approche de la force armée, a déclaré qu’il ne l’avait pas fait, qu’il l’aurait prêté à Jacques Biret du Pont-Guérin, ci-devant domestique du citoyen Teillet de la Girardière, paroisse de Bournezeau, qui était menacé d’être tué de la part de Baudry. »

   Baudry d’Asson était un chef vendéen à Bournezeau. La déclaration est ambiguë : était-ce Teillet qui était menacé ou bien son domestique ? Ce n’est pas clair. Cela étant, ce dernier aurait pu prendre une arme pour défendre son maître. Il semblerait donc que Teillet fut plutôt républicain.

   Le logis de la Girardière n’aurait pas souffert du passage de la colonne infernale commandée par Bardou, le 29 mars 1794. Cette dernière passa à proximité puisqu’elle incendia le Plessis, Foliet et la Briolière, avant d’incendier une partie de Bournezeau.

    

 Le logis du 19ème siècle à nos jours

   En 1793, Marie Marguerite Sophie Pyniot et son époux, Mathieu Bousseau qui exerçait la fonction d’avoué près le tribunal de Niort, habitaient dans cette ville. En 1799, ils vivaient à la Girardière. Nous savons, grâce à un acte notarié de 1808 passé devant Choyau, notaire de Bournezeau, que leur habitation aux Herbiers avait été incendiée pendant la guerre de Vendée. Cela pourrait être la raison de leur retour au logis de la Girardière.
Par la suite, Marie Marguerite Sophie Pyniot le vendit en 1842 à un dénommé qui fit, selon Maurice Bedon, « plusieurs transformations à l’ancienne gentilhommière vers 1850 pour lui donner son aspect actuel. Il fit édifier en particulier l’aile des cuisines, le couloir intérieur et la nouvelle toiture. »
M. Pasqueront de Fontinervaux eut trois filles. A chaque naissance, il avait planté dans le parc un pin parasol. Ces 3 pins n’ont pas résisté à la tempête de décembre 1999. Une de ses filles vendit le logis le 4 septembre 1873 à Augustin Frédéric Pichard de la Caillère. Sa petite-fille, Antoinette Pichard de la Caillère, en hérita. Elle avait épousé Louis Blanpain de Saint-Mars

Le logis de la Girardière a été considérablement remanié au 19ème siècle comme la toiture et la petite aile à droite qui a remplacé une aile plus longue (voir plan de 1825, partie B).  A l’intérieur, un escalier en granit peut être daté du 17ème siècle.
   Leur fille, Agnès Blanpain, épousa Jacques de Châtillon. Ils eurent une fille, Marie-Thérèse de Châtillon, qui épousa le colonel Guy Bohineust, ancien maire de Bournezeau. Ce sont les actuels propriétaires de la Girardière.
   En 1940, une quarantaine de réfugiés des Ardennes purent loger dans le logis alors inoccupé.

      Vincent Pérocheau

Sources :
-Témoignage de Mme Bohineust que je remercie pour m’avoir permis de visiter le logis.
- Maurice Bedon, Le canton de Chantonnay.
- Site internet “Familles vendéennes”, de Christian Frappier, http://famillesvendeennes.info, famille Pyniot.
-  Yannick Chassin du Guerny, Recueil de filiations bas-poitevines.
- Actes notariés, Archives départementales de Vendée (ADV), côte 3E 8/1 (étude de Loyau) et 3E 8/20 (étude de Choyau).
- Cadastre napoléonien de 1825, site internet des ADV, http://archives.vendee.fr.
Cadastre actuel, site internet : http://www.cadastre.gouv.fr.
- Registres paroissiaux et état civil de Bournezeau.
- Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée, 1896, 4e série, vol. 6, 65-97 (site internet : http://archives.vendee.fr).
- Archives départementales de la Charente-Maritime, côte L 1258-1259-1260, interrogatoires de prisonniers vendéens en 1793.
- ADV, côte L 1351 et Archives nationales, série W22 pour la colonne infernale de Bardou en 1794.
- Archives départementales des Deux-Sèvres, site internet, année 1793.