missions

MISSIONS  PAROISSIALES

Les premières Missions de Paroisse datent du 18ème siècle. Selon l’esprit du Père de Montfort, les Missions avaient pour but de propager la religion dans les paroisses. Elles duraient  de 3 à 5 semaines, et étaient animées par deux ou trois missionnaires. Ils se déplaçaient dans les villages  pour toucher un maximum de paroissiens qui  étaient conviés à participer  aux cérémonies à l’église.

Les  missionnaires  étaient, le plus souvent, de grands prédicateurs  à l’élocution facile. La mission était un temps fort de la paroisse,  un événement local   d’importance. Les paroissiens avaient  beaucoup de bons souvenirs des missions.

Voici le programme d’une mission de trois semaines :
1ère  semaine : Le thème des réunions était orienté vers le péché, avec un fort appel à la crainte.
2ème semaine : Elle préparait à la confession  avec des réunions par catégories :Hommes – Femmes- Jeunes gens – Jeunes filles -.
3ème semaine : Elle envisageait l’avenir  et proposait les moyens de sauvegarder la vie chrétienne (prières et recours aux sacrements).

  •  
  • Les missions se clôturaient un dimanche par une cérémonie grandiose et très souvent par la bénédiction d’un calvaire ou d’une statue, avec une très grande participation de la population. D’autre part des croix de bois de 2 ou 3 mètres de haut (réalisées avec des perches) étaient quelquefois plantées dans les entrées des grands villages, elles y restaient parfois plusieurs années.

    .Selon les archives diocésaines, il y a eu des missions avant la Révolution, notamment à Puybelliard et  Chantonnay.

  • Missions  à  Bournezeau

    Pour Bournezeau, la première mission connue à ce jour date de 1873. La clôture de cette mission, qui a duré trois semaines, a eu lieu le 4ème dimanche de carême par une procession solennelle à la Sainte Vierge. Presque tous les fidèles avaient un étendard à la main et une image du Sacré-Cœur sur la poitrine ; La mission était animée par trois missionnaires : Gillaizeau, Gaspart et Lénoret, de la Compagnie de Marie, fondée par le père Louis-Marie Grignon de Montfort.

  • La 2ème mission date de décembre 1889. Elle fut animée par les jésuites  Lallemand, Dochez et Legal. Après cinq semaines de mission, la clôture s’est faite le dimanche 26 décembre par la bénédiction du calvaire de la route des Pineaux.

    La 3ème mission a eu lieu en 1899. Elle  était conduite par les missionnaires   David, Trotin et Buchet. La clôture s’est faite au cimetière, pour la bénédiction de la croix de granit  érigée à cette occasion. Cette croix est devenue depuis le lieu du monument aux morts.

    La 4ème s’est déroulée en 1910 avec les missionnaires diocésains Gauvrit, Moinard et  Ordonneau.

    La 5ème mission date de novembre 1920.  Elle était dirigée par les diocésains Martin, Grelier et Duret. Le dimanche 28 novembre a eu l’inauguration de l’autel du Sacré Cœur. (Autrefois sous la tribune, à côté de l’orgue)

    La 6ème a eu lieu du 7 au 25 décembre1930, avec les prédicateurs franciscains de Nantes  Vincent et Vincent (Ils avaient le même nom). A l’occasion de cette mission, on a inauguré l’éclairage électrique de l’église, ainsi que  le calvaire rénové du carrefour de Chantonnay-Ste Hermine.

  •  
  •  La 7ème mission date de décembre 1946. Elle était animée par les prédicateurs diocésains Puaud et Jeannière. La clôture de mission s’est faite le mercredi 25 décembre par la bénédiction du calvaire de la route de la Roche et de la statue de la Vierge chez Mme Minière, aujourd’hui chez le Dr Cruau.

  • Les hommes portent la croix

    La 8ème et dernière mission de Bournezeau a eu lieu à Noël 1956, avec les diocésains Coudrain et Guilloteau. Lors de la clôture de cette mission, il y a eu la bénédiction de la statue du Sacré-Cœur sur la route de la gare.